Zoom sur la Relation d’aide

Définition du métierR

La Relation d’Aide est une approche psychothérapeutique centrée sur la personne. Ce terme revient à Carl Rogers (1902-1987) psychologue humaniste américain. Son approche met l’accent sur la qualité de la relation entre le thérapeute et le patient (écoute empathique, authenticité, non-jugement). Nous pouvons préciser le cadre de la relation d’aide grâce aux  définitions des 2 mots qui la compose :

  • Aide : appui, secours, assistance… à travers ces trois mots il apparaît que l’aide est une action positive visant à intervenir en faveur d’un sujet qui se trouve en difficulté.
  • la Relation : est le lien existant entre l’écoutant et l’écouté. Ce lien est indispensable pour véhiculer l’aide dont le sujet a besoin.

La Relation d’aide est donc une relation de confiance permettant à un patient de s’engager dans une séquence d’interventions verbales afin qu’il puisse exprimer, comprendre et prendre en charge son vécu, améliorant ainsi ses rapports à lui-même et aux autres.

Ainsi, la prise de conscience de ses dysfonctionnements psycho-émotionnels lui permettra de surmonter ses doutes, ses blocages, de faire des choix positifs dans son existence, d’acquérir plus de stabilité émotionnelle et de se libérer de ses symptômes.

Cadre juridique

Le métier de Praticien en Relation d’aide n’est pas encadré. Seul le titre de Psychothérapeute est protégé par un décret paru en mai 2010.

La pratique de la Relation d’aide est donc légale, elle relève des professions libérales non réglementées. Le professionnel s’installe en général en entreprise individuelle sous le régime de l’auto-entrepreneur. L’intitulé du titre qu’il peut alors utilisé  est Praticien en Relation d’aide ou Psychopraticien.

Objectifs du métier

On peut en recenser sept principaux qui ont tous une finalité commune : aider la personne à dépasser ses difficultés et lâcher ses symptômes physiques, émotionnels ou mentaux après en avoir découvert et exploré le sens.

  • Le premier objectif sera souvent d’aider le patient à repérer les émotions négatives qui le perturbent (anxiété, jalousie, pulsions de mort, soif de vengeance…)
  • Le second : d’être un miroir neutre, objectif et bienveillant. Cette position permettra au praticien de ne pas glisser insidieusement dans un rôle de « décideur » à la place du patient. Elle permettra au patient de percevoir plus clairement ses motivations, ses sentiments, ses émotions, ses zones de faiblesse et de force, d’ombre et de lumière, sans jugement.
  • Le troisième visera à rendre responsable le sujet ou plus exactement à ce qu’il admette et comprenne sa part de responsabilité dans chaque situation rencontrée, sans culpabilité mais avec lucidité.
  • Le quatrième : lui permettre d’améliorer ses relations en sortant du sempiternel triangle: sauveur, persécuteur, victime. L’acquisition progressive d’une meilleure gestion de son émotionnel et une compréhension profonde de ses positions psychologiques au sein des conflits lui permettront de modifier considérablement le regard qu’il porte sur lui-même ainsi que sa relation à « l’autre » tant au niveau personnel que professionnel.
  • Le cinquième : une meilleure connaissance de soi l’amènera pas à pas à identifier avec plus de précisions quels sont ses besoins, ses attentes, comment ceux-ci se sont construits durant l’enfance. Cette identification doit permettre de faire des choix « d’adulte », compatibles avec le principe de réalité.
  • Le sixième : soutenir le patient dans sa conquête de l’autonomie, celle-ci est fondamentale ! Car l’être ne peut mûrir, grandir, se libérer de ses chaînes que s’il accepte d’être pleinement acteur et auteur de sa vie, en toute autonomie.
  • Le septième : l’accompagner dans tous les passages difficiles car une thérapie n’est pas « un long fleuve tranquille » que l’on traverserait calmement, en plein émerveillement…. Les résistances peuvent être multiples, les refus de changement soutenus par la peur de l’inconnu, de la transformation, jalonnent ce parcours… le retour de souvenirs douloureux que le patient tentait d’enfouir au plus profond de sa mémoire peut être extrêmement déstabilisant.

Attitudes de base

Ces attitudes permettent au thérapeute et au patient de trouver leur place dans la relation:

  • La présence qui inclue la disponibilité. Présence à l’autre et présence à soi pour ne pas négliger les réactions que suscitent en nous les propos rapportés par les patients, surtout lorsque ceux-ci entrent en résonance directe avec l’histoire personnelle du thérapeute.
  • L’écoute qui englobe l’écoute verbale et non-verbale (gestuelle, postures, silences….). Cette écoute attentive et neutre doit permettre au thérapeute de comprendre ce que le patient tente d’expliciter ou au contraire de cacher.
  • L’empathie qui est la capacité de montrer au patient que ses propos et ses résistances ont été entendus et compris.
  • L’exploration qui consiste à aider le patient à identifier ses dysfonctionnements physiques, psychologiques ou sociaux à travers différents outils thérapeutiques.
  • La rémédiation comporte le panel d’outils que le praticien peut mettre au service de son patient pour qu’il parvienne à réguler ses dysfonctionnements, retrouvant ainsi à terme son harmonie intérieure. Ce panel s’appuie sur l’étude de grands noms de la psychologie : Freud, Jung, Berne, Stone …. permettant de comprendre le fonctionnement de la psychée et de répondre très concrètement aux besoins des personnes.

Les formations à la Relation d’aide visent à permettre au stagiaire d’acquérir la maîtrise des attitudes de base, ainsi que toutes les techniques permettant de répondre aux 7 objectifs du métier. Elles sont de ce fait très interactives et pratiques alternant harmonieusement théorie, pratique, mises en situation et études de cas.

Les débouchés

  • Ouverture d’un cabinet de consultation.
  • Interventions en entreprise : accompagnement aux conduites de changement, animation de formations en communication, management, EFT…
  • Interventions en entreprise dans le cadre de la prévention des risques psycho-sociaux.
  • Accompagnements spécifiques pour les personnes en difficulté : chômeurs en fin de droit, victimes de violences…
  • Cours de groupe sur la communication, la confiance en soi, l’estime de soi…

La formation

Voir le programme de la formation de Praticien en Relation d’aide.

Témoignage

« Il y a deux ans encore, tout ce que je connaissais du monde de la relation d’aide c’était le divan de mes thérapeutes, quelques noms comme Freud et Jung et ce qu’on croit savoir sur eux : pas grand-chose en fait. C’est alors qu’une de mes proches m’a soufflé à l’oreille : «Cassiopée Formation : c’est génial! Tu devrais y regarder de plus près!» Elle avait suivi les formations en aromathérapie et réflexologie plantaire. Moi, c’est la formation en relation d’aide qui m’a immédiatement attiré. Enfin j’avais la possibilité de savoir ce qu’il se passait de l’autre côté du divan !

Alors sont apparus dans ma vie l’analyse transactionnelle, l’amphithéâtre psychologique, la lecture du corps et le décodage des structures de personnalités… Ma liste de connaissances s’est étoffée : Rogers, Berne… Freud est enfin devenu clair et concret.

J’ai aussi pris conscience que le verbe le plus important en communication c’est … ECOUTER !

Alors que tous les jours, ça parle beaucoup pour ne rien dire sans savoir où est l’essentiel, cette formation m’a permis de trouver MON essentiel, de m’éveiller. Mieux encore : je sais aujourd’hui que c’est de l’autre côté du divan que je veux être et en plus, maintenant j’en ai les moyens. »

J-P Guyot (75)

Recommended Posts
Voir les 4 commentaires
  • escoffier
    Répondre

    après un parcours en université fac en psychologie , je ne comprennais pas comment je devais être avec mes patients et surtout je n’avais pas vu tout le travail qui me restait à faire afin de pouvoir aider les autres. Cette formation m’a ouvert les yeux sur mes lacunes et fait comprendre tout ce qui inter agissait en moi et de ce fait j’ai pu me positionner en thérapeute sans aucun probléme.
    Merci à toute l’équipe pour qui j’ai une profonde affection
    Monique E (83)

  • Marie-Alix le Pape
    Répondre

    Chère Monique,
    Je viens de terminer R1 en relation d’aide et suis réellement boostée par l’approche théorique et pratique de Sandra et Olivier. J’ai bouclé mon chemin et à un peu plus de 50 ans j’ai le bonheur d’avoir enfin renoué avec ce que, depuis l’enfance,j’ai toujours voulu faire.
    Cordialement,
    Marie-Alix

  • Dubois
    Répondre

    Bonjour
    la formation « relation d’aide » est prévue les 19 et 20 novembre 2011.
    Quel est le coût de cette session de formation?
    les inscriptions peuvent être enregistrées jusqu’à quelle date?
    merci
    C. Dubois

    • cassiopee
      Répondre

      Bonjour,

      Si vous financez vous-même la formation, le coût est de 2 805€ et comporte 5 stages pratiques et 8 cours par correspondance.

      Les inscriptions peuvent se faire jusqu’à la veille mais les sessions se remplissent vite !

      A bientôt !

Laisser un commentaire