Créer son entreprise : la méthode Cassiopée

Créer une entreprise est une aventure, une aventure humaine, sociale et financière… Imaginez-vous à bord d’un voilier, vous êtes maître à bord, vous choisissez votre destination et la route que vous allez emprunter. Allez-vous naviguer à vue ? Confondez-vous aventure et improvisation ou avez-vous fait un plan d’action précis et complet ?

Si vous n’avez pas suffisamment étudié votre route, vous risquez de rencontrer des rochers ou d’être emporté par des courants… Pour éviter ces écueils, nous vous proposons une méthodologie précise. Celle-ci vous permettra de savoir comment vous rendre à votre destination, dans quel délai, par quelle route… Elle est basée sur la dynamique entre 3 pôles fondamentaux : la Connaissance de soi, la Communication et la Gestion. Chacun de ces pôles revêt la même importance. L’expérience nous a prouvé que les personnes qui réussissaient leur installation étaient celles qui avaient travaillé sérieusement ces 3 domaines.
Dans chaque domaine, l’Institut Cassiopée vous propose une aide concrète selon vos besoins (cf. nos 7 aides à l’installation).

Commençons par le Pôle Connaissance de soi. La première question à se poser est : « Quel est mon projet ? ». Il est important de pouvoir répondre en quelques lignes à cette question de manière claire et précise. Bien sûr, il n’est pas possible de le faire d’emblée, car cette question implique plusieurs clarifications : « Qui suis-je en tant que thérapeute ? Quels sont les outils que je vais utiliser ? Quelle dénomination vais-je choisir (praticien en relation d’aide, masso-relaxologue…) ? Où vais-je exercer mon activité ? Quel type de population vais-je cibler (adulte, enfant, adolescent) ? ».
Dans un deuxième temps, il est nécessaire également de faire un point en amont du projet et de répondre à ces questions : «  Quelles sont mes motivations ? Quels sont mes objectifs dans cetteConnaissancedesoi
nouvelle activité ? ».
Ensuite, il faut confronter ces différents éléments à ma réalité : « Est-ce que je pense être capable de réussir mon projet ? Ai-je une croyance limitante, une peur, un manque de confiance qui vont se révéler être un frein au développement de mon projet ? Si je suis dans ce cas de figure, comment puis-je lever ces freins ? Ai-je besoin de développer certaines compétences ? Dois-je me faire aider ? Par qui ? ».
Le travail préparatoire nécessite du temps, de l’introspection, un dialogue avec l’entourage familial, les amis et les professionnels. Il est important de ne pas le négliger, car le moteur de votre activité, c’est vous ! En effet, vous aurez beau choisir le cadre juridique et fiscal idéal, avoir de superbes documents de communication, in fine, la réussite au long terme est fondée sur votre personnalité avec ses atouts et ses faiblesses. Ainsi, plus vous vous connaitrez, plus vous réussirez.

Toute cette réflexion en amont du projet concerne ce que nous appelons la Connaissance de soi. Il s’agit de VOUS à la barre de votre voilier. Mais, comme vous le savez, un marin ne navigue pas sans connaissance des conditions météorologiques. Votre station météo est le second Pôle, celui de la Gestion. Il permet de répondre à la question « Quelle route vais-je choisir pour arriver à destination ? ». Plusieurs options s’offrent à vous : la voie de l’association, la voie du portage salarial ou la voie de l’entreprise individuelle. Dans cette dernière, différents choix fiscaux sont possibles : régime de la micro-entreprise, régime de la déclaration contrôlée avec ou sans option pour le paiement de la TVA. Et puis « Ai-je droit à des aides pour démarrer mon activité ? ».

De même que notre marin ne partira pas « la tête la première » vers sa destination, il n’est pas conseillé de créer son activité sans avoir fait un choix : celui de la voie la plus ensoleillée, celle dans laquelle votre rentabilité sera la meilleure. A titre d’exemple, en début d’activité, votre revenu peut varier du simple au double pour un même chiffre d’affaires. Vos charges et vos recettes sont identiques, mais votre revenu est bien différent en fonction de votre choix.
Cette réflexion n’a pas pour vocation de faire de vous un professionnel des aspects juridiques, sociaux Gestion_2
et fiscaux, mais de savoir quelle voie emprunter et pourquoi cette voie est la meilleure pour vous. Savoir par exemple estimer les cotisations sociales qui vous seront réclamées et gérer votre trésorerie. Pour cela, vous devez établir un compte de résultat prévisionnel sur 4 ans. Cet exercice vous permettra de faire le point sur les charges que vous aurez à supporter au cours du développement de votre activité et de prévoir la progression de vos recettes. Ce dernier élément peut sembler difficile, il est néanmoins fondamental. Tout créateur d’entreprise, qu’il fonde une société avec des salariés ou qu’il soit entrepreneur individuel, doit se livrer à ce jeu de prédiction. Cet élément est crucial quant à la dynamique mentale qu’il génère, car sans objectif précis en termes de recettes, vous risquez fort de ne pas vous mettre dans une vraie dynamique positive. Cette partie prévisionnelle peut être réalisée soit à l’aide du logiciel « Prévoir mon activité et faire le bon choix », disponible pour les adhérents à l’Association Cassiopée, soit à l’aide d’un expert-comptable. Mais attention, vous ne pourrez pas faire l’économie d’une réflexion et d’une prédiction. Un expert peut vous aider, vous faire bénéficier de son expérience, mais il ne peut faire le prévisionnel entièrement à votre place.

Au cours de cette réflexion sur l’aspect Gestion de votre projet, vous aurez alloué un budget à votre communication : cartes de visite, flyers… nous voici arrivés au 3ème aspect, le Pôle Communication.

Il consiste à décorer votre voilier, le rendre fidèle à votre image, c’est-à-dire en phase avec votre personnalité. Là aussi, le conseil est important. Le choix de l’identité visuelle, la rédaction des textes de présentation, le choix des supports de communication… jusqu’à la stratégie de lancement. Ces éléments méritent réflexion et échange avec des professionnels.

Une fois votre voilier décoré, tout est prêt. Il ne reste plus qu’à prendre le large et suivre votre planCommunication_2
d’action. Celui-ci doit être détaillé étape après étapes et chacune d’elles datée : faire les démarches administratives avant le 30 septembre, aller à la rencontre des professionnels installés (médecins, ostéopathes, psychologues…) avant le 30 octobre et maintenir votre cap afin d’arriver à bon port.

Cette dernière phase est l’aboutissement de votre travail préparatoire. Autrement dit, il ne s’agit pas de s’arrêter en si bon chemin et d’attendre que les patients se précipitent dans votre cabinet. Tout ce travail de clarification a pour objectif de lancer votre activité, et pour cela, vous devez aller à la rencontre des professionnels installés. Pour réussir ces « entretiens », il est conseillé de vous y préparer à l’aide de jeux de rôles. Ensuite le phénomène du « bouche-à-oreille » prendra le relais, mais seulement dans un second temps, à horizon de 6 mois d’activité. Il ne faut donc pas compter sur celui-ci pour démarrer son activité, mais plutôt compter sur votre dynamisme.

En terme de durée des différentes phases, voici ce que l’on observe en « moyenne » : la phase préparatoire des 3 pôles demande 3 mois de travail et la phase de lancement 3 mois également. Au bout de 6 mois après le démarrage effectif, le bouche-à-oreille commence à fonctionner. En général, développer une clientèle en libéral demande 3 ans (de 1 à 5 ans selon l’activité, la localisation géographique, le relationnel du thérapeute et ses premiers résultats).

Les atouts de la réussite sont donc simples, ils résident dans deux facteurs :

  1. Se former et développer des compétences
  2. Préparer son projet comme un puzzle dont chaque pièce est à tailler avec précision puis à assembler.

Triskel_2
En vous souhaitant de vivre une belle aventure, celle dont vous êtes le héros !

Sandra et Olivier Stettler

Derniers articles

Laisser un commentaire