votre blog holistique

Les cosmétiques naturels, comment y voir plus clair ?

Depuis quelques années le comportement des consommateurs en matière d’achat de cosmétiques évolue. Suite à l’apparition de soupçons quant à l’innocuité ou non de certaines matières employées par les industriels, le doute s’est installé.

Alors, une question de fond se pose : quels sont les avantages réels à utiliser des produits écologiques ?

En tout premier lieu,  ils ont l’avantage de ne pas contenir de produits de synthèse dont on sait pour certains qu’ils sont toxiques pour l’homme ou préoccupants pour l’environnement. Tous les PEG par exemple utilisés couramment comme agent émulsifiant sont obtenus à partir de gaz très inflammables et toxiques employés comme gaz de combat. Les processus de fabrication de ces produits sont extrêmement dangereux pour ceux qui les manipulent et les résidus de fabrication restent hautement toxiques alors qu’il existe aujourd’hui des alternatives utilisant une base avec simplement un acide gras naturel, du sucre et la chaleur comme processus de transformation.

En second lieu les cosmétiques naturels sont encadrés par des chartes écologiques visant à préserver la santé de l’utilisateur, du fabriquant et l’équilibre de notre écosystème. Essayer des cosmétiques naturels c’est les adopter ! Tant pour leurs textures, leurs odeurs naturelles, que leur efficacité.

Mais, comment s’y retrouver aujourd’hui à travers cette jungle où se mélangent les cosmétiques qui se disent « naturels », écologiques, ceux des grandes marques… ?
Voici quelques pistes pour vous éclairer.

Tout d’abord pour mieux comprendre le problème revenons sur la composition d’une crème :

Son but est de nourrir et d’hydrater la peau. Pour cela, il faut confectionner une base appelée l’excipient. Elle représente 80 à 95% du produit fini et se compose d’une phase aqueuse et d’une phase huileuse que l’on homogénéise à l’aide d’un émulsifiant. Si l’industriel est peu scrupuleux cet excipient contiendra simplement de l’eau et un corps gras issu du pétrole. Il mettra alors en avant les quelques « matières actives miracles dernières générations » sur lesquelles on a souvent peu de recul en matière d’innocuité et d’effets.

Un industriel qui vend un produit de qualité utilise, par exemple, uniquement des hydrolats ou eaux florales et des huiles végétales de qualité comme base. Ces ingrédients représentent déjà de puissantes matières actives. Le restant de la préparation pourra être enrichi à l’aide de vitamines et d’autres agents intéressants.

Alors comment trier ces cosmétiques et déjouer les pièges des étiquettes ?

Il existe aujourd’hui un ouvrage de référence intitulé  « La vérité sur les cosmétiques » qui permet de déchiffrer en détail les étiquettes des cosmétiques.  Mais en règle générale il est assez facile de dépister les marques qui vendent des produits de qualité de celles qui essayent de tromper le consommateur. Armez-vous d’une bonne loupe pour pouvoir déchiffrer la liste INCI, liste aujourd’hui obligatoire et qui précise tous les ingrédients par ordre de quantité.

Voyez si vous trouvez quelques-uns de ces termes dont voici les inconvénients :

  • Paraffinum liquidum (huile de parrafine, base grasse non absorbable par la peau et étant occlusive pour les pores)
  • Petrolatum (idem), Silicone (agent de brillance et de texture très peu biodégradable, il s’accumule dans l’environnement et notamment en mer avec les produits solaires classiques qui sont de vraies marrées noires estivales)
  • BHT et BHA (antioxydant fortement soupçonnés d’être cancérigène)
  • EDTA (conservateur qui chélate les métaux lourds douteux sur le plan toxicologique et difficilement dégradable)
  • DMDM (conservateur de synthèse à haut potentiel allergisant)
  • Phenoxyéthanol (éther de glycol dont la toxicité est avérée chez l’animal).

Cette petite liste « NOIRE » non exhaustive regroupe donc des ingrédients de qualité médiocre qui n’apportent rien à la peau, des substances toxiques pour l’homme, d’autres difficiles à recycler qui s’accumulent dans l’environnement faute de moyens naturels de transformation.

Bref, vous l’avez compris : si vous en trouvez ne serait-ce qu’un seul vous pouvez mettre de côté votre cosmétique et même la marque qui vend ce produit car son éthique ne rime ni avec qualité ni avec écologie.

Attention le naturel est parfois trompeur !

Sur les emballages des cosmétiques, l’industriel peut mettre en avant des composants dans le nom du produit par exemple : « Crème à l’huile d’argan ». Dans ce cas cherchez sur la liste INCI le composant afin de vérifier s’il ne se retrouve pas tout en bas de la liste. Si tel est le cas, il peut ne représenter que 1 à 2% de la préparation. Autant dire que dans ces proportions il ne présente aucun intérêt !

Pour vous aider à choisir des labels ont été créés :

Le label « bio »
En France, il existe 2 organismes de référence qui attribuent des labels biologiques aux producteurs (Ecocert et Nature et progrès).

Le plus connu ECOCERT est un organisme indépendant agréé par l’Etat, qui certifie plus de 70% des produits biologiques et écologiques.

Les produits ayant reçu cette certification arborent le label AB.

Exigences du référentiel :

  • 95 % des ingrédients sont d’origine naturelle et sont transformés par des procédés respectueux de l’environnement.
  • Les parfums de synthèse, les colorants de synthèse, les silicones, les glycols…sont interdits. Seuls quelques ingrédients de synthèse indispensables et non encore disponibles en origine naturelle sont autorisés.
  • La transparence de l’étiquetage.
  • Les ingrédients issus de l’agriculture biologique sont repérés par un astérisque sur la liste INCI
  • Les pourcentages d’ingrédients d’origine naturelle et d’ingrédients issus de l’agriculture biologique sont clairement indiqués sur l’étiquetage

NATURE ET PROGRES
La fédération Nature et Progrès va plus loin, elle a écrit une charte qui a pour toile de fond un projet de société basé sur des relations de convivialité et de proximité entre les hommes et leur milieu : une société humaniste, écologique et alternative…

Les labels spécifiques pour les cosmétiques en France
La France a créé 2 labels Cosmébio et CosmEco certifiés par Ecocert. Ces deux labels ont semé la confusion chez les consommateurs non avertis car ils ont le même aspect visuel et diffèrent juste par leur couleur et l’inscription au centre. Le logo vert cosmébio ci-joint est celui à retenir. Il garantit que :

  • 95% minimum des ingrédients sont naturels ou d’origine naturelle
  • 95% minimum des ingrédients végétaux sont bio
  • 10% minimum des ingrédients du produit fini sont bio.

Pour vous inviter à mieux connaître ces produits et apprendre à les fabriquer, l’Institut Cassiopée a décidé de vous proposer un stage de cosmétiques naturels.

Celui-ci a pour buts :

  • De vous apprendre à aiguiser votre sens critique pour ne plus tomber dans les pièges des fabricants !
  • D’enrichir vos connaissances sur tous les ingrédients de base des cosmétiques naturels (huiles végétales, hydrolats, vitamines, agents hydratants, antioxydants…) ainsi que les techniques de fabrication.
  • De vous permettre de confectionner une gamme complète de produits écologiques et biologiques (crèmes, pommades, laits, produits avant et après solaire, dentifrice, masque, shampoing et après shampoing…)

Vous pourrez ainsi en toute autonomie vous repérer au niveau de vos achats et avoir le plaisir de pouvoir fabriquer vos propres produits avec lesquels vous repartirez !
Ces produits sont également d’excellentes idées cadeau à fabriquer pour vos proches et amis… une manière conviviale de faire passer le message !

Solveig de Laisardière

Autres articles du Blog

2 réponses

  1. Bonjour Solveig,

    Nous avions fait ensemble le module femme enceinte et le M4 (massage chinois) et je suis impatiente de faire ce stage de cosmétique. Article très bien, simple, clair et net !!!

    Pour ma part beaucoup de changement j’ouvre officiellement mon cabinet dans le 15eme le 12 novembre avec une psychologue et une ostéopathe. J’y suis en tant qu’infirmière, thérapeute chinois et massages bien-être. Et suis impatiente de commencer.
    J’ai hâte de te voir et espère que tout va bien. À bientôt et bonne continuation en attendant

  2. bonjour Solveig,
    merci pour cet article je vais regarder mes produits d’une autre façon meme si j’utilise pas mal de produit bio je vais regarder plus attentivement !!!!
    gros bisous à bientot
    Cathy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *