Sophrologie : efficace contre le moral en berne

Quand la luminosité se fait plus rare et le froid s’intensifie, notre humeur trinque. La grisaille ambiante sape notre joie de vivre, grignote insidieusement l’énergie. Le sommeil se décale, la fatigue s’intensifie. Bref, les débuts d’année riment souvent avec déprime hivernale ! La sophrologie, basée sur des techniques de respiration et de visualisation, constitue une solution pertinente pour rétablir l’harmonie entre l’esprit et le corps. Voici pourquoi et comment.

Atteindre un état de conscience zen

Fondée en 1960 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo – alors établi en Espagne – la sophrologie (du grec « sos », la paix, et « phren », l’esprit) vise à l’apaisement du corps et à l’activation de l’esprit. L’objectif consiste à recréer une relation harmonieuse entre ces deux entités indissociables du corps. Cette méthode psychocorporelle qui associe des techniques orientales de méditation, de yoga, d’hypnose, de philosophie zen développe la pensée positive et chasse les idées négatives. Au gré d’une pratique quotidienne, la personne apprend à gérer seule les émotions intenses, le stress, etc. Il s’agit ni plus ni moins que de développer une vision plus objective de la réalité pour mieux utiliser son potentiel. L’enjeu : redevenir le sujet actif de son propre corps, condition fondamentale d’un bien-être global et pérenne, tout au long de sa vie … et des saisons !

Comment ça marche la sophrologie ?

Une séance type (45 minutes environ) démarre par un échange avec le sophrologue sur les événements récents de la vie du patient, ses ressentis et troubles physiques, émotionnels. Elle se poursuit par une série d’exercices, notamment de respiration ventrale qui stimule le système parasympathique, et de détente musculaire. Une profonde relaxation physique et psychique (ou état « sophronique ») s’installe. Le thérapeute utilise ensuite des techniques de visualisation positive et de concentration pour guider son patient, sans interprétation ni jugement, à transformer son stress. Par exemple, la personne se projette dans un lieu qu’elle apprécie et qui l’apaise et s’imagine en train de surmonter sa difficulté. En fin de séance, le patient verbalise ses sensations. Le sophrologue lui indique les exercices à faire au quotidien. Comptez 5 à 10 séances pour dépasser votre problème.

Deux exercices simples pour un mental d’acier :

– La pause recentrage :
o Chaque jour, accordez-vous quelques minutes dans une pièce au calme pour prendre du recul. Assis confortablement, les yeux fermés, inspirez en gonflant le ventre sans bouger la cage thoracique. Prenez conscience des points d’appuis de votre corps puis énumérez mentalement vos soucis. Bloquez la respiration, crispez le visage, serrez les points. Puis expirez l’air par la bouche avec la sensation d’expulser les pensées négatives.

– La pause réconfort :
o Débout, les pieds ouverts à la largeur du bassin, les yeux fermés, faites trois ou quatre longues respirations ventrales en vidant l’air par la bouche. Sans forcer la respiration, imaginez-vous sur une plage de sable fin, inondée de soleil. Ressentez au plus profond de vous les sensations de chaleur, de détente. Ecoutez le va-et-vient des vagues. Quant une pensée surgit, acceptez-la telle qu’elle est et ramenez doucement votre esprit vers la respiration et la visualisation.

Patricia Coignard

Plus d’informations

Formation de Sophrologue Praticien (titre RNCP)
Société Française de Sophrologie

Recommended Posts
Voir les 2 commentaires
  • CHAUSSADE
    Répondre

    Oui,ça marche. La répétition est indispensable. Le corps participe à la démarche. Formidable outil pour partir à la rencontre de sa conscience.

  • SINDILAIRE
    Répondre

    Je vais partager cet article sur mon site, dans la rubrique actualités, en mentionnant la source.
    La Sophro marche très bien sur là plupart des personnes, et leur transmettre des exercices faciles à pratiquer les mène vers l’autonomisation et la prise en charge de leur équilibre, et développement.
    La SOPHROLOGIE se marie de plus très bien avec le VOICE DIALOGUE ( Amphithéâtre Psychologique).
    A force de manier les outils, comme un cuisinier, on élabore ses propres recettes, on dose, on ajuste, on personnalise au plus près pour coller aux besoins exprimés, ou détectés.
    Merci à Cassiopée, Olivier et Sandra, de transmettre un enseignement de qualité, et des outils pratiques pour avancer.
    Bien à Vous,
    ALENA

Laisser un commentaire