4 raisons de se faire masser régulièrement

Le toucher est un art ancestral pratiqué sur tous les continents. Effleurages, modelages, pétrissages, digito pression, les diverses manipulations manuelles – résumées sous le terme générique de massage – procèdent de techniques spécifiques. Mais toutes répondent à un besoin vital et universel : celui de toucher et d’être touchée. Il est d’ailleurs démontré qu’un nourrisson privé de contacts physiques ne peut ni grandit ni se développer*. A l’âge adulte, la nécessité du massage demeure toute aussi impérieuse. Voici pourquoi.

Se centrer

Sur sollicités et sous pression, nous avons parfois la sensation de nous éparpiller, de nous déliter dans l’adversité du quotidien. Se faire masser invite à ré-habiter son corps, s’accepter dans sa globalité. Ce recentrage se vit souvent comme une reconquête de soi dont les effets bénéfiques perdurent plusieurs jours après une séance. D’où l’importance de trouver un masseur dont le toucher « entend » et « comprend » nos tensions, nos relâchements.

Se sentir en harmonie

Avec ses 640 000 récepteurs tactiles connectés à la moelle épinière et au cerveau, la peau (qui est aussi le plus grand organe du corps !) fait fonction d’interface entre notre monde intérieur et l’extérieur. «Se sentir bien dans sa peau » procède donc d’un équilibre à la fois physique et émotionnel que le massage facilite en libérant des endorphines aux effets antistress, anxiolytique, psychostimulante.

Lâcher-prise

Se faire masser, c’est accepter de s’abandonner entre les mains expertes d’un professionnel. Parce qu’il touche au sens propre comme au figuré, un massage réussit implique une confiance réciproque entre masseur et massé. La communication non verbale qui s’établit ouvre alors la voie à un relâchement physique et mental. Car stimuler la mémoire corporelle et émotionnelle permet d’évacuer ce qui doit l’être, sans implication consciente de soi.

Harmoniser les fonctions vitales

Quel que soit le type de massage choisit, chacun contribue à améliorer l’immunité et les mécanismes naturels du corps. C’est la « machine » dans sa globalité qui est rééquilibrée, ajustée, remise à niveau. Comment choisir le massage qui nous convient ?

– Ayurvédique : puissant mais subtil et apaisant, il agit sur le tissu musculaire.
– Californien : un massage « psychocorporel » doux et enveloppant pour être zen.
– Suédois : entre fermeté et douceur, c’est le massage déstressant par excellence !
– Thaïlandais : au sol et habillé, ce « yoga massage » se concentre sur les points énergétiques.
– Shiatsu japonais : cette « pression des doigts », parfois forte, est tonique. Idéal après une séance de sport intense.
– Taoïste chinois : le travail sur les méridiens agit sur le « lâcher-prise » émotionnel.
– Réflexologie plantaire : sollicite les points réflexes du pied, reliés aux fonctions vitales du corps, pour drainer et rééquilibrer l’organisme.

Patricia Coignard

*A lire
La peau et le toucher, de Ashley Montagu, Editions Seuil (2014)

Formations massages à l’Institut Cassiopée

Derniers articles