votre blog holistique

L’intégration des réflexes archaïques : une nouvelle approche pour lever les blocages et passer de la survie… au choix de Vie

MERCREDI 25 FEVRIER 2015 – 18h30

Les mouvements primitifs des premiers stades du développement de l’enfant sont primordiaux pour toute la construction de l’être. Une nouvelle approche permet de réintégrer ceux qui ont été bloqués ou freinés. Agnès Canu présentera certains de ces réflexes, leur rôle, l’importance de les intégrer, et vous apprendra à les repérer sur vous-mêmes et ceux qui vous entourent.

Les réflexes archaïques apparaissent in utero dès les premières semaines et sont essentiels à l’ADAPTATION, à la SURVIE, à la PROTECTION et au bon DEVELOPPEMENT du nouveau-né. Il sont indispensables pour APPRENDRE, COMMUNIQUER, S’EQUILIBRER, se COORDONNER, se PROTEGER, avoir CONFIANCE EN SOI, se SENTIR en SECURITE, être ORGANISE, STABLE, se CENTRER, avoir une PERCEPTION JUSTE de l’espace, du temps.

Les réflexes primaires sont des mouvements involontaires que l’on observe chez le nouveau-né en réaction à des stimuli spécifiques. Après leur apparition, chacun de ces réflexes a une phase d’activation plus ou moins longue, puis d’intégration avant l’âge d’1 an pour la plupart pour former la base des réflexes posturaux (qui dureront toute la vie).

À la naissance, toutes les parties du cerveau du bébé sont en place mais ne fonctionnent pas encore pleinement. Des connexions entre ses différentes parties doivent être établies : c’est grâce aux mouvements réflexes du corps que les fibres nerveuses vont pouvoir se développer et former un réseau de communication entre toutes les parties de son système nerveux.

La répétition naturelle et spontanée de séquences de mouvements spécifiques à la petite enfance permet l’intégration progressive des réflexes primaires au schéma moteur.

C’est également grâce à ces mouvements réflexes que l’enfant va contrôler la tête, renforcer le tonus musculaire nécessaire à son développement moteur, intégrer ses sens et lui procurer une disponibilité posturale, intellectuelle, un bon développement émotionnel et un état de sécurité intérieure.

On a constaté que les enfants ou les adultes qui rencontraient des difficultés d’apprentissage et/ou relationnelles présentaient des réflexes peu développés ou toujours actifs.

Sous stress, les réflexes sont retardés dans leur développement voire bloqués, ou toujours actifs ou réactivés et nous permettent de SURVIVRE : Enfant non désiré, grossesse sous stress, accouchement provoqué et surmédicalisé, césarienne, forceps, cordon autour du cou, etc., mais aussi vie scolaire de l’enfant, vie personnelle, relationnelle, professionnelle de l’adulte, catastrophes naturelles, accidents et traumatismes physiques ou émotionnels, paralysie cérébrale, etc.

Ils sont la SOURCE des difficultés d’apprentissage et de ce «noyau dur» comportemental qui persiste malgré un profond travail sur soi.

Difficulté d’Attention – de Concentration – Agitation – Hyperactivité – Autisme – Stabilité émotionnelle – Hypersensibilité – Phobies – Dépression – Difficultés d’Apprentissage (lecture, écriture, dyslexie, dyspraxie, motricité globale et fine, coordination, langage, mémoire) – Enurésie – Capacité à faire des choix – Se centrer – Trouver sa place – Passer à l’action – Augmenter ses performances (musiciens, sportifs de haut niveau) – etc.

Ces 15 dernières années, des techniques corporelles permettant de réaliser cette intégration à tout âge ont été mises au point par des professionnels de l’éducation et de la santé.

Conférencière : Agnès Canu, Praticienne et Formatrice en Intégration des réflexes
Mercredi 25 février : 18h30 – 20h
Espace Cassiopée : 6 avenue de la faisanderie 78400 Chatou

Entrée libre – Réservation obligatoire au 01 74 08 65 94

Autres articles du Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *