votre blog holistique
Comment faire la différence entre allergie et intolérance alimentaire ?

Comment faire la différence entre allergie et intolérance alimentaire ?

L’erreur est fréquente. Votre enfant, votre conjoint, une amie ou vous-même subissez des infections à répétition, des nausées et des maux de tête. Pour d’autres, ce seront des problèmes de digestion, des ballonnements, de l’eczéma, la lèvre et la gorge qui picotent ou gonflent. Votre entourage évoque alors allergie alimentaire et/ou intolérance. Deux diagnostics qui n’ont rien d’autre en commun que leur conséquence : l’éviction de l’aliment incriminé. D’où, sans doute, la confusion.

Un aliment, deux réactions différentes

Pour ne plus se tromper, sachez qu’une allergie alimentaire se caractérise par une réponse disproportionnée et inappropriée du système immunitaire provoquée à la suite du contact ou de l’ingestion d’un aliment. L’individu est exposé à des risques potentiellement mortels comme le choc anaphylactique.

L’intolérance alimentaire définit aussi par une réaction anormale de l’organisme à un aliment. Mais celle-ci n’implique jamais le système immunitaire et ne met, en aucun cas, la vie en danger. Car l’intolérance n’affecte « que » le système digestif.

Autre élément distinctif : les symptômes d’une intolérance ne sont jamais sévères et dépendent de la quantité d’aliment ingéré. Les personnes intolérantes peuvent donc consommer une faible quantité, par exemple de yaourt, sans éprouver d’inconfort digestif particulier. A contrario, un petit morceau de cacahouète ou quelques gouttes de lait déclencheront une crise grave chez certaines personnes allergiques.

Origines des symptômes

  • Allergie alimentaire : une ou plusieurs protéines d’un aliment sont perçues – à tord – comme une menace par le système immunitaire. Celui-ci se défend en produisant des anticorps spécifiques appelés Immunoglobulines E ou IgE dont la mission est de combattre ce ou ces intrus (les allergènes) dans l’organisme. Cette fabrication d’anticorps provoque une libération de grandes quantités d’autres substances chimiques dans l’organisme qui à leur tour déclenchent des réactions des systèmes cutané, digestif, respiratoire et cardio-vasculaire. Dans les cas les plus graves, la personne a une sensation de malaise, des étourdissements, une gêne respiratoire. Elle peut subir une chute sévère de sa tension artérielle. C’est le « choc anaphylactique » qui, s’il n’est pas rapidement pris en charge médicalement, mène à l’arrêt cardiaque.
  • Intolérance alimentaire : elle se caractérise par un déficit en enzymes qui perturbe le bon fonctionnement du système digestif. Une partie de l’aliment ne peut pas être digérée correctement et provoque une inflammation au niveau de l’intestin. D’où des ballonnements, des flatulences, des douleurs abdominales et/ou des diarrhées.

Et le gluten ?

Le gluten est une protéine présente dans le blé, l’épeautre, le seigle, l’orge, l’avoine (dans une moindre mesure), le kamut (nom commercial du blé de Khorasan cultivé aux Etats-Unis et au Canada) et de très nombreuses préparations industrielles pour ses qualités visqueuse et élastique. Cette forme particulière d’intolérance alimentaire permanente (aussi appelée maladie coeliaque) résulte d’une inflammation de la muqueuse de l’intestin grêle. L’organisme perd sa capacité d’absorption des nutriments essentiels (glucides, protéines, lipides, minéraux, vitamines). Il faut donc les supprimer de l’alimentation.

Patricia Coignard

A consulter

Cercle d’investigations cliniques et biologiques en allergologie alimentaire (CICBAA)
www.cicbaa.org

Réseau AllergoVigilance
www.allergique.org

Société française d’allergologie (SFA)
Le site des professionnels des allergies.
www.lesallergies.fr

Association Française pour la Prévention des Allergies (AFPRAL)
http://allergies.afpral.fr/

AFDIAG : Association Française Des Intolérants Au Gluten
www.afdiag.org

Autres articles du Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *