L’EMDR en 4 questions

Bouger les yeux pour se libérer de ses traumatismes ? Sur le papier l’EMDR – Eye Movement Desensitization and Reprocessing qui signifie “désensibilisation et retraitement de l’information par des mouvements oculaires – semble trop simple pour être efficace. Pourtant, cette technique découverte en 1987 par la psychothérapeute américaine Francine Shapiro produit des résultats probants. Explications.

De quoi s’agit-il ?

L’EMDR repose sur un concept majeur : le traitement adaptatif de l’information (TAI). Autrement dit, notre cerveau a la capacité de « digérer» psychiquement les divers événements de la vie. Cependant, si le traumatisme est trop fort ou répétitif, l’image, les pensées, les émotions et les sons générés demeurent stockés dans le cerveau émotionnel. L’EMDR débloque ces mémoires traumatiques non traitées et les ré-encodent positivement. En quelque sorte, cette thérapie intégrative réactive le système de programmation naturel du cerveau afin que celui-ci achève son TAI.

Comment ?

Entre neurologie et psychologie, le traitement se déroule en huit phases distinctes. Après une première séquence de préparation, quelques séances instaurent une relation de confiance. Les événements douloureux à traiter sont identifiés. Le processus EMDR consiste ensuite à proposer au patient de se concentrer sur l’événement perturbant, ses souvenirs sensoriels associés (image, son, odeur, sensation physique) et ses pensées et ressentis actuels. Le praticien procède à des séries de stimulations bilatérales alternées par des mouvements oculaires, des stimulations tactiles ou des bips sonores. Entre chaque série, il demande au patient de verbaliser ce qu’il ressent et lui vient à l’esprit. Le souvenir ne disparaît pas mais au peu à peu les émotions négatives sont neutralisées afin que l’événement puisse être relié à une pensée plus positive.

• Par exemple, une situation conflictuelle, angoissante ou dangereuse associée à l’idée « Je suis responsable, je n’ai pas fait ce qu’il fallait » devient après un traitement EMDR « Ce n’est pas ma faute, j’ai fait ce qu’il fallait ».

L’EMDR pour qui ?

Utilisée partout dans le monde, cette thérapie a été reconnue pour le traitement des états de stress post traumatique (ESPT) par la Haute Autorité de Santé (HAS) en juin 2007 et par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en août 2013.
L’EMDR est donc conseillée pour les victimes de conflit, d’attentat, de violence sexuelle, de catastrophes naturelles. Elle est aussi préconisée pour les expériences traumatisantes telles que les accidents, le deuil, les phobies, la dépression, les pensées obsédantes qui laissent une empreinte de souffrance.
Cette thérapie n’est pas adaptée aux personnalités psychotiques.

Avec qui ?

Uniquement un psychologue ou un psychiatre habilités ayant suivi une formation qui délivre le titre officiel de « Praticien EMDR Europe ». Il existe actuellement près d’une centaine de thérapeutes qualifiés en France.

Des techniques dérivées de l’EMDR ont vu le jour pour permettre d’ouvrir ce champ à tous les praticiens : IMO (intégration par les mouvements oculaires), LCE (libération des chocs émotionnels) ne sont pas réservées aux psychologues et psychiatres. Leurs résultats sont identiques à ceux obtenus grâce à l’EMDR.

Patricia Coignard

Plus d’information

www.emdr-france.org – tel. 01 83 62 77 75

Des yeux pour guérir, EMDR : la thérapie pour surmonter l’angoisse, le stress et les traumatismes, de Francine Shapiro, Margot Silk Forrest, éd. Seuil (2005)

Derniers articles

Laisser un commentaire