votre blog holistique

Témoignage de Christine Villard

Christine VillardAprès avoir obtenu mon certificat de praticien en sophro-relaxation, en 2006, je décide de me lancer 2 jours/semaine, étant toujours salariée. Je loue un cabinet 2 jours/semaine dans un cabinet médical et se sont les premières expériences. Très vite, il devient difficile de se partager entre un job salarié et ce nouveau métier de Sophrologue. Alors en 2008, après avoir validé le master en sophro-relaxation, c’est le grand saut. Je décide de négocier mon départ d’une entreprise dans laquelle j’étais bien rémunérée et me voilà partie pour une nouvelle aventure.

Etant d’un tempérament anxieux, il y avait une bataille intérieure avec une petite voix qui disait « vas y » et l’autre qui disait « tu es folle, de quoi tu vas vivre ». Il faut dire que j’étais salariée depuis 30 ans et que c’était la première fois que je ne faisais plus partie d’une entreprise. Cela a bien sur généré des symptômes : vertiges, attaques de panique…. Et puis, vous vous en rendrez compte si vous devenez thérapeute, nous attirons souvent des personnes qui raisonnent avec notre propre histoire. Comme « par hasard » mes client(e)s étaient tous des anxieux, ayant des symptômes ressemblant aux miens. A force de leurs expliquer comment vaincre leur anxiété, j’ai fini par faire largement diminuer la mienne.

Deux ans plus tard, en 2010, après avoir validé ma formation en Relation d’Aide, ce fut, à nouveau le grand saut : je décidais de prendre un cabinet seule. A nouveau j’avais l’impression d’être jetée à la mer, je n’avais plus de collègue avec qui échanger et dont la présence me rassurait. Dans ce nouveau cabinet que j’ai pu installer à mon goût, ma clientèle s’est étoffée peu à peu, principalement grâce au bouche à oreilles, à mon site internet, et des cartes laissées dans quelques magasins.

Sept ans après, je suis fière de voir mon agenda de plus en plus rempli. Je suis quelqu’un qui a besoin de temps et cela aurait peut-être pu se faire plus rapidement, mais qu’importe, l’important est d’atteindre son but !

Les questionnements, les doutes sur la légitimité, le manque de confiance ne doivent pas vous arrêter. Tout cela est normal, c’est en pratiquant, en voyant les résultats obtenus que tout cela s’estompe et que la confiance peut s’installer.
Je continue à me former, je reste très humble, je respecte les principes qui m’ont été enseignés, et j’ai une vision de plus en plus claire sur ce que je veux faire ou ce que je ne veux pas faire.

En conclusion, je dirai que si c’était à refaire, je le referai, même si j’ai du passer par une baisse de salaire importante, j’ai beaucoup gagné en qualité de vie. Faire une activité que j’ aime, pouvoir décider de mon emploi du temps sont pour moi des priorités.

Découvrez le site de Christine Villard

Autres articles du Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *