Trouble du désir chez l’homme : causes et solutions

Les constats

La libido (le « désir » en latin) est un terme issu de la psychanalyse freudienne. Il désigne l’énergie sexuelle qui engendre la pulsion. La perte voire la panne de libido concernerait un homme sur cinq*, depuis près d’une décennie. Des mâles déboussolés qui n’hésitent plus à pousser la porte du cabinet des sexologues. En 2010, un sondage Ifop confirmait la tendance avec 44% de ces messieurs confrontés à une libido en berne.
Ces deux enquêtes déstabilisent toutes les idées reçues. Primo, les causes sont multiples, intriquées les unes aux autres, et pas seulement imputables aux hormones. Ensuite, l’âge n’explique pas tout dans le manque de désir sexuel. Enfin, les sentiments et l’amour jouent un rôle beaucoup plus important chez le « sexe fort » confronté à l’anaphrodisie ou manque de désir.

Les principales causes

• Organique : un trop faible taux de testostérone mais aussi d’ocytocine, d’endorphines, … les hormones clés de la sexualité
• Physique : problème d’érection
• Les maladies métaboliques comme l’obésité ou le diabète
• Les maladies endocriniennes comme les troubles de la thyroïde, …
• Les effets secondaires de médicaments
• L’hygiène de vie (tabac, drogue, alcool, surmenage, surpoids, …)
• La dépression
• Le stress au travail, le burnout, le chômage
• Les problèmes de couple et/ou de famille (enfants, parents, fratrie, …)
• L’asexualité, un quatrième « genre » estimé à 2% de la population mondiale qui se décrit comme totalement désintéressé par les rapports sexuels.

Des solutions multiples

Il s’agit de recouvrer une bonne santé physique et psychologique ainsi qu’un équilibre dans toutes les composantes de sa vie. L’enjeu : redonner de la place à l’intimité pour « resensualiser » le couple.

Se bouger : manger sainement, faire le plein de vitamine E et de zinc qui aident à la qualité de l’érection (oeuf, levure de bière, huître, germe de blé, noix, légumes à feuilles), refaire un peu de sport, veiller à son sommeil reconstituent le capital énergie dont l’homme (et la femme) a besoin pour faire l’amour.
Pratiquer : le désir s’entretient, se stimule. Tout est question de rythme car moins on en fait, moins en a envie. Donc, on utilise tous les préambules possibles (caresses, massages érotiques, littérature érotique, …) pour susciter l’envie.
Dialoguer : rétablir l’échange avec son conjoint invite à rompre la monotonie, à entretenir la complicité amoureuse et à délier les éventuelles incompréhensions ou frustrations.
Sortir de l’ordinaire : faire l’amour souvent, à fortiori pour un couple longue durée, implique d’avoir un peu d’imagination. Un hôtel de 5 à 7, un week-end au débouté, des gadgets coquins, … les hommes aiment être surpris.

Par Patricia Coignard

*selon l’enquête CSF (Inserm-Ined-ANRS), la référence sur la sexualité des français, menée en 2008

A lire
Sexe et sentiments, Version homme, de Sylvain Mimoun et Rica Etienne, éditions Albin Michel (2009)

J’ai envie de comprendre ma sexualité, homme, de Ellen Weigand, Francesco Bianchi-Demicheli, éditions Planete Sante (2016)

Derniers articles

Laisser un commentaire