Se tenir droit, le réflexe santé méconnu !

Tiens-toi droit ! L’injonction maintes fois entendue pendant son enfance relève en réalité d’un bon sens ancestral. Adoptée au quotidien, une bonne posture aide à soulager certains maux de dos (lombalgie, sciatique, hernie discale, …), de tête, de cou ou de fatigue. Sans y penser, on tonifie aussi automatiquement les muscles les plus profonds qui enlacent la colonne vertébrale. C’est donc en prime une façon de faire des abdos et d’affiner son tour de taille ! Au Japon, la tradition thérapeutique affirme que ce maintien renforce la « source d’énergie », c’est à dire le processus digestif.

Se tenir droit, pourquoi tant de bienfaits ?

Quelques rappels anatomiques pour mieux comprendre ce qui se joue quand notre alignement corporel est adapté. La colonne vertébrale se compose de trois types de vertèbres : cervicales en haut (le cou), dorsales au milieu (le dos) et lombaires en bas (le bas du dos). Elle a la faculté de se creuser, de s’arrondir et de s’étirer.

Se tenir droit ou s’auto-grandir ne consiste pas à avoir le dos plat mais à se redresser pour étirer sa colonne vertébrale. Le tout sans forcer et en respectant ses courbures naturelles. En somme, il s’agit de veiller à conserver le sommet du crâne le plus éloigné possible du sacrum (situé au milieu des fesses) ! Les effets positifs sont immédiats. Les jambes supportent le poids du corps sans tension dans les muscles ni dans les articulations. Les disques de la colonne sont moins tassés et donc s’usent moins vite. Par ailleurs, la meilleure tonicité des muscles dorsaux et abdominaux (qui soutiennent les viscères) facilite la respiration, la circulation du sang et active le transit. CQFD.

Se tenir droit, trouver la bonne posture pour soi

Conditions de travail, literie, conduite, âge, maladie… : généralement, les adultes se tiennent de plus en plus mal au fil des ans, sans même en avoir conscience. Appréhender cette notion de verticalité consiste donc souvent à se réapproprier son corps. Une consultation chez un posturologue s’avère utile pour apprendre les techniques et obtenir un résultat durable.

Pendant l’été, le rythme farniente est une invitation au lâcher-prise. Plus détendu et serein, on s’entraine plusieurs fois par jour à pousser légèrement les fesses vers le bas, baisser les épaules et le menton tout en étirant le sommet de la tête. A faire assis, debout ou couché. Votre corps vous dira vite merci !

Où s’adresser ?
A l’Association de posturologie internationale.
www.posturologie.asso.fr

Patricia Coignard

Derniers articles

Laisser un commentaire